Gallerie Wagner - Le Touquet
Galerie Wagner
Passage de la Mer, 96 rue de Paris • 62520 Le Touquet-Paris-Plage
03 21 06 27 86 • [email protected]

Galerie Wagner > Résidents > Joaquín FERRER

Joaquín FERRER

• Né à Manzanillo en 1928 (Cuba).
• 1948 : Travaille à la Compagnie des chemins de fer.
• 1952 : S’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de San Alejandro à La Havane.
• 1954 : Présente ses premières oeuvres au Salon de peinture du Musée d’art moderne de La Havane et dans d’autres capitales latino-américaines.
• 1955 : Première exposition personnelle à la galerie La Rampa, à la Havane.
• 1959 : Reçoit une bourse du ministère de l’Education pour lui permettre d’étudier à l’étranger. Il se rend à Paris.
• 1962 : Participe à l’exposition « Art latino-américain » au Musée d’art moderne à Paris.
• 1964 : S’installe dans un atelier à Pigalle. Première exposition en Belgique et aux Pays-Bas.
• 1968 : Max Ernst présente et préface sa première exposition personnelle à la galerie Le Point Cardinal, Paris.
• 1979 : Il est nationalisé français.
• 2001 : Parution de sa monographie « Joaquín Ferrer, l’imaginaire absolu » de Lionel Ray.
• Vit et travaille à Paris.

« Eloigné des feux de la rampe, par goût, Ferrer a vécu de plus en plus dans une relative solitude à l’écart des milieux artistiques et mondains, tout en gardant de fidèles amis et collectionneurs en France et à l’étranger, sans se départir d’un contact sensuel avec ce qui l’environne. Il convient volontiers être perpétuellement attentif aux êtres et aux choses et trouver ses formes, ses couleurs, ses structures dans les arbres, les oiseaux, les variations de la lumière et des éléments, ses proches et les passants de la rue… Toujours vue de l’intérieur, la vie prend d’autres couleurs, se traduit en plans qui s’amenuisent en lignes ou le contraire, en figures qui peuvent s’épaissir en volumes ; des espaces noirs s’éclairent soudain de trouées polychromes, des cristaux d’obscurité voguent sur des plans unis, des remous suscitent des sentiments, des émotions deviennent concrètes… Suivant les périodes de son œuvre, Ferrer se joue des couleurs, des droites et des courbes et des deux dimensions, sans crainte des leurres de la profondeur qu’il utilise ou rejette à son gré. Cette allègre liberté lui permet de passer d’une fragile petite aquarelle ou un tableautin à un vaste panneau monumental avec la même invention renouvelée. »

Serge FAUCHEREAU, Paris 2017

 

Expositions (sélections)

  • 2017 : Rétrospective à la Maison de l’Amérique Latine
  • 2016 : Exposition, Centre international de poésie Marseille et Aix-en-Provence
  • 1999 : Surrealism : two private eyes, Ertegun and Filipacchi Collections, Musée Guggenheim, New-York, USA
  • 1993 : International Art Exposition, Miami, Floride, USA
  • 1977 : Arte Actual de Iberoamerica, Instituto de Cultura Hispanica, Madrid / Art du XXè Siècle, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles
  • 1976 : Etoilements, Musée des Beaux-Arts, Le Havre / Instituto de Bellas Artes, Mexico / Artes Plasticas Internacional, Musée Castillo de San José, Lanzarote Islas, Canarias
  • 1974 : 11e Festival International d’Art Contemporain, Royan / Phases, Musée d’Ixelles, Bruxelles / Ode Élémentaire à Pablo Neruda, Maison des Arts, Montbéliard
  • 1973 : Salon de Mai, Musée d’Art Moderne, Paris / Réalités Nouvelles, Musée d’Art Moderne, Paris
  • 1970 : Vision 24, Instituto Italo-Latino-Americano, Rome / VIIIe Biennale Internationale, Menton / Festival d’Arts Plastiques, Montargis