Galerie Wagner > Résidents > Jo DELAHAUT

Jo DELAHAUT

  • Né en 1991 à Vottem (Belgique) et mort en 1992 à Schaerkeek (Belgique)
  • 1939 : Docteur en Histoire de l’Art à l’Université de Liège
  • 1946 : adhère à la  « Jeune Peinture Belge « 
  • 1947 : participe au Salon des Réalités Nouvelles
  • 1952 : devient l’un des membres fondateurs du groupe « Art Abstrait »
  • 1954 : il cosigne le « manifeste du Spatialisme » avec Pol Bury
  • 1956 : s ‘investit dans le groupe « Formes »
  • 1960 : co-fonde le groupe « Art Construit »
  • 1968 : devient président du Conseil national belge des Arts plastiques
  • 1978 : il est élu membre correspondant de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts de Belgique

Figure emblématique de l’abstraction géométrique en Belgique, Jo Delahaut commence à peindre en 1940 des toiles expressionnistes. Puis, influencé par le style d’Auguste Herbin, il construit des formes géométriques statiques dans lesquelles, dans un premier temps, la couleur des surfaces joue le rôle principal. Au fil des années, son œuvre s’épure et devient minimaliste, propice à éveiller les mécanismes de l’activité intellectuelle. Vers 1952, des formes répétitives ou des modules sériels viennent scander la toile et développent le dialogue avec des plans chromatiques qui les définissent, les supportent ou les prolongent. Le signe, par sa couleur comme par sa forme, par sa forme-couleur, se prolonge par-delà la surface et provoque l’espace au double sens du terme ; il est générateur d’énergie.  Son art est parlant par sa simplicité, sa sensibilité au dynamisme et à l’harmonie des couleurs et des formes. « Les signes, les couleurs, les rythmes et leurs combinaisons infinies sont des moyens qui touchent mystérieusement les ressorts inexpliqués de la conscience, pour provoquer certaines déflagrations des facultés intellectuelles, pour atteindre en profondeur les stimuli de l’esprit » explique l’artiste. L’œuvre n’est donc pas que support, elle est force agissante et peut exercer, par conséquent, un effet physique.

 

Expositions

  • 1990 : Rétrospective au Musée de l’Art wallon à Liège
  • 1989 : Rétrospective au Provinciaal Museum voor Moderne Kunst à Ostende
  • 1985 : 18e Biennale de Sao Paulo
    Rétrospective au Musée d’Art contemporain à Montréal
    Rétrospective au Léopold Hoesch Museum à Düren
  • 1982 : Rétrospective aux Musées royaux des Beaux‑Arts de Belgique à Bruxelles
  • 1981 : 
Rétrospective au Wilhelm Hack Museum de Ludwigshafen / DE
  • 1980 : 
Rétrospective de son œuvre au Musée de l’Art wallon à Liège