Gallerie Wagner - Le Touquet
Galerie Wagner
19 Rue des Grands Augustins • 75006 Paris
96 Rue de Paris • 62520 Le Touquet Paris-Plage
06 62 16 16 28 • [email protected]

Galerie Wagner > Invités > Jens TRIMPIN

Jens TRIMPIN

• Né en 1946 à Heidelberg en Allemagne
• De 1962 à 1966 :  Etudes  à la Freie Akademie Mannheim  ( Ecole des beaux-arts  indépendante)
• 1971-72 :  Etudes à l’Académie des Beaux-Arts de Nuremberg.
• Membre du Deutscher Künstlerbund  (Union des Artistes Allemands) et de la  Darmstädter Sezession.
• Vit et travaille à Mannheim (Allemagne)

« Je n’ai aucun rapport avec les œuvres qui ne répondent pas aux principes fondamentaux de la sculpture, je m’intéresse à la forme (liée à la matière) en tant que langage de l’art. »

Jens Trimpin

Après une brève phase figurative, Jens Trimpin s’est engagé définitivement dans l’abstraction au cours des années 1970. Désormais le cube (hexaèdre), le parallélépipède rectangle (ou Quader) et les stèles sont les éléments constitutifs fondamentaux de ses sculptures.

Trimpin travaille sans esquisses ni modèles préparatoires. Il pratique la  taille directe et  “dégage” peu à peu du materiau choisi la forme définitive de chaque sculpture.  Depuis 40 ans il reste fidèle à ses  pierres de prédilection que sont le marbre, le granit et le syenit. Et — d’une manière souveraine —  il parvient à inclure le mouvement dans ces matériaux dont il défie la dureté comme la pesanteur.

En réduisant, par exemple, une partie de la surface sur laquelle doit reposer une sculpture, celle-ci n’est alors  plus complètement plane et se détache partiellement du socle, ce qui confère au bloc initial, dont les six faces ne sont jamais identiques – ni parfaitement rectangulaires et parallèles – une dynamique sensible et subtile qui remet en question la pesanteur de la pierre et l’apparente rigidité de son volume. Une simple pression du doigt, au bon endroit, peut la faire légèrement  basculer.

Dans certaines sculptures, cette dynamique est suggérée par des courbures (légèrement concaves ou convexes) manuellement travaillées par petites touches sur l’une ou l’autre des surfaces latérales.

Dans le cas d’une stèle allongée, par exemple, le parallélépipéde initial a été pour ainsi dire déformé par le travail du sculpteur éliminant une infime partie de la pierre poncée sur les faces inférieure et supérieure d’une seule extrémité, qui ne touche donc plus complètement le sol.  Ce qui donne à la sculpture un volume sensiblement dynamisé comme sous l’effet d‘une légère torsion.

Trimpin considère ses oeuvres comme “inachevées”, elles sont  “en perpétuelle évolution”.

Indépendamment de ses sculptures, il a réalisé de nombreux dessins à la mine de plomb.

La religion a joué un certain rôle dans son travail. Il a concu les pièces principales de l’Eglise catholique St. Valentin de Limbach et aménagé la crypte de l’Eglise des Jésuites de Mannheim.

 

Expositions personnelles (sélection)

  • 1978 : Sculptures en pierre + dessins, Kunstverein Heidelberg
  • 1989 : Sculptures en pierre, Galerie Wack, Kaiserslautern (avec Attila Kovács) (également en 1994)
  • 1991 : Sculptures en pierre, galerie de la tour du pont de la ville, Mayence (avec Karin Radoy)
  • 1994 : Sculptures en pierre, Musée Wilhelm Hack, Ludwigshafen am Rhein
  • 1996 : Mannheim Art Association
  • 2001 : Béton – maquettes de sculptures en béton et en pierre, Kunsthalle Mannheim
  • 2003 : Sculptures en pierre , Galerie Kautsch, Michelstadt (également 2010, 2018)
  • 2004 : Galerie Wolfgang Wolff, Egestorf
  • 2008 : Galerie Sebastian Fath Contemporary, Mannheim (également 2011, 2017)
  • 2010 : Galerie Hein Elferink, Staphorst (Pays-Bas) (également 2016)
  • 2010 : Sculptures en pierre , galerie St. Johann, Sarrebruck
  • 2011: Musée Bassermannhaus, Mannheim
  • 2013 : Galerie Ohse, Brême (2016 également)
  • 2013 : Galerie Dittmar, Berlin (avec Christiane Conrad)
  • 2014 : Galerie Wenger, Zurich (Suisse) (également en 2019)
  • 2015 : Sculptures en pierre, Galerie Rottloff, Karlsruhe (avec Sabine Funke, peinture)
  • 2017/18: Sculptures de quatre décennies, Museum im Deutschhof, Städtische Museum Heilbronn

Œuvres dans l’espace public

  • Sculpture en marbre (1989). Lieu : Große Fischergasse 3, Francfort-sur-le-Main
  • Pfeiler (1991), béton, hauteur 7 m, et fontaine (1987), granit de la Forêt-Noire, lieu : gare Mannheim-Waldhof, Mannheim, voie ferrée (B44) et Passerelle, commande des Chemins de Fer Fédéraux Allemands

Œuvres dans les collections publiques et les musées (sélection)

  • Deux piliers (1998), lave basaltique, mesurant chacun 480 cm de haut, ainsi que deux reliefs au sol à Entré, Parquet Fédéral de Karlsruhe (concours artistique invité)
  • Musée Wilhelm Hack, Ludwigshafen sur le Rhin
  • Kunsthalle Mannheim
  • Musée Van der Heydt, Wuppertal
  • Musée d’art contemporain, Fribourg / Brsg.
  • Musée d’art non figuratif, Otterndorf
  • Eglise Saint Valentin, Limbach
  • Musée diocésain, Osnabrück
  • Galerie municipale, Karlsruhe
  • Musées municipaux / Deutschhof, Heilbronn
  • Ville de Mayence
  • Ville de Heidelberg