Galerie Wagner > Résidents > Hans-Jörg GLATTFELDER

Hans-Jörg GLATTFELDER

  • Né à Zurich en 1939
  • 1963 : étudie à l’Académie des Beaux Arts de Florence où il s’établit
  • 1966 : première exposition personnelle à la Galerie milanaise « Numero » de  Fiamma Vigo
  • 1968 : participe à de nombreuses expositions de groupe de la mouvance constructiviste européenne avec ses constructions « Pyramides » (éléments thermoplastiques à forme pyramidale qu’il assemble en reliefs colorés)
  • 1970 : s’installe à Milan où son intérêt pour les relations entre les arts et les sciences s’intensifie
  • 1977 : conçoit une série d’œuvres qu’il appelle « Métamorphoses non-euclidiennes » après avoir étudié l’évolution récente de la pensée géométrique
  • 1987 : reçoit le « Prix Camille Graeser » à Zurich
  • 1990 : passe une année sabbatique à New York grâce à une bourse d’étude octroyée par la Ville de Zurich.  Se lie d’amitié avec l’artiste Léon Polk Smith
  • 1992 : exposition rétrospective au Josef-Albers-Museum à Bottrop en Allemagne
  • Vit et travaille à Paris

Hans Jörg Glattfelder a fait ses études à l’université et à la Kunstgewerbeschule de Zurich. Dans les années 1960, il se consacre à la peinture, en suivant la tendance de l’art concret zurichois. Ses tableaux, qui sont fondés sur l’utilisation de systèmes, s’appuient sur des structures régulières et lui permettent d’étudier l’interaction des couleurs dans le champ pictural. À partir de l’observation de ces modifications visuelles, Glattfelder va se montrer de plus en plus intéressé par les problèmes de l’instabilité des formes et de leur modification (Grosser Horizont, 1982). Il retrouve l’usage de la perspective et la représentation illusionniste de la profondeur. En modifiant la représentation du plan de l’œuvre, il transforme sa silhouette et aboutit à un tableau en forme qui retrouve l’usage de la perspective accélérée.

Extrait de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

 

Hans Jörg Glattfelder fait parti des plus importants représentants  contemporains de l’art construit et concret. Dans le sillage  des  ‘Concrètistes de Zurich’ tels Bill, Graeser, Loewensberg ou encore Lohse, Hans Jörg Glattfelder s’intéresse à faire évoluer  un langage plastique dédié à la clarté  et en posant des questions rationnelles. Ses œuvres, qui font souvent référence à des sources mathématiques et scientifiques, fascinent autant par leur attrait intellectuel que par leurs qualités esthétiques.

 

Œuvres dans les musées et collections publiques

Musée d’art et d’histoire de Genève, Suisse

Kunsthaus Zürich, Suisse

Museum für konkrete Kunst, Ingolstadt, Allemagne

Josef-Albers-Museum, Bottrop, Allemagne

Museo d’arte moderna, Parma, Italie

Museo d’arte moderna, Torino, Italie

Espace de l’art concret, Mouans-Sartoux, France …