Gallerie Wagner - Le Touquet
Galerie Wagner
Passage de la Mer, 96 rue de Paris • 62520 Le Touquet-Paris-Plage
03 21 06 27 86 • [email protected]

Galerie Wagner > Résidents > François MORELLET

François MORELLET

• Né en 1926 à Cholet – décédé en 2016

• 1950 : premières oeuvres abstraites composées de formes simples (lignes, carrés, triangles) à l’image du travail de Mondrian

• 1960 : premières oeuvres à partir de tubes de néon / Co-fondateur de l’Art cinétique dans le Groupe de recherche d’art visuel (GRAV)

• 1970 : réalise des oeuvres intégrées à l’architecture

• 1984-85 : exposition itinérante / The Brooklyn Museum (N.Y)/Center for the Fine Arts (Miami)/Musée d’Art contemporain (Montréal)

• 1986 : Musée national d’Art Moderne (Centre Pompidou) à Paris

• 1991 : Musée des Beaux-Arts de Grenoble

• 1997 : Musée des Beaux-Arts d’Angers

• 2003 : Musée des Beaux-Arts de Nancy/Musée Matisse et Musée du Cateau Cambrésis

• 2007 : Musée moderne de la Ville de Paris

• 2010 : Musée du Louvre à Paris – il est le second artiste de son vivant à exposer une oeuvre au Louvre : « L’Esprit d’escalier » (installation à partir de l’escalier Lefuel dans l’aile Richelieu, édifié au milieu du xixe siècle)

• 2011 : Musée national d’Art Moderne (Centre Pompidou) à Paris

François Morellet est considéré comme l’une des figures de l’abstraction géométrique de la seconde moitié du XX ème siècle et un précurseur du minimalisme.

Dès le début des années 50, François Morellet envisage un mode de production artistique qui se caractérise par la volonté de réduire les interventions subjectives de l’artiste et de rendre perceptible les choix qui déterminent la réalisation d’une œuvre. Les motifs de la ligne droite et de la grille lui apparaissent comme le meilleur moyen d’opérer cette réduction. Plus le vocabulaire est limité, plus le geste est lisible. Les variations observables d’une pièce à l’autre s’en trouvent mises en évidence. Cette méthode permet de donner au spectateur les moyens d’identifier la règle du jeu qui précède l’exécution de chaque pièce.

Ses oeuvres font référence aux mathématiques comme l’indiquent ses titres et sont construites à partir d’équations ou de systèmes numériques.

L’artiste utilise différents matériaux comme la toile, le néon, les adhésifs et les surfaces des bâtiments faisant l’objet de commandes publiques et privées en France, Allemagne, Suisse, Italie, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Etats-Unis. Ses interventions in situ lui permettent d’explorer les domaines de l’installation et de l’environnement.

« Une expérience véritable doit être menée à partir d’éléments contrôlables en progressant systématiquement suivant un programme. Le développement d’une expérience doit se réaliser de lui-même, en dehors du programmateur. »

François Morellet, Pour une peinture expérimentale programmée, 1962